Quels outils pour approfondir sa connaissance du sanskrit ? (1)

Vous avez entamé l’apprentissage du sanskrit, vous possédez les bases de la grammaire et de la syntaxe de cette langue, mais vous vous demandez comment approfondir vos compétences? Je vous propose dans ce billet un certain nombre d’ouvrages disponibles en langue française et quelques pistes pour les exploiter.
Les Chrestomathies, Anthologies et recueils de textes
Anthologie sanskrite: Textes de l’Inde ancienne traduits du sanskrit
Textes épiques sanskrits: Extraits annotés du Mahabharata et du Ramayana (édition bilingue)
Chrestomathie sanskrite. Textes de la littérature sanskrite expliqués et traduits

Je vous ai précédemment proposé un tour d’horizon des manuels en langue française disponibles pour débuter l’apprentissage du sanskrit. Ces manuels et ressources disponibles révèlent les initiatives entreprises et les dynamiques de diffusion de cet enseignement, notamment ces dernières années avec la parution des ouvrages de N. Balbir et S. Brocquet. Bien que ces ressources ne soient pas aussi nombreuses que celles en langue anglaise disponibles en ligne1,  elles garantissent la possibilité de découvrir le sanskrit et de l’apprendre. Mais comment poursuivre son apprentissage, comment perfectionner ses acquis? Quels sont les ouvrages disponibles pour le faire?

Les chrestomathies, anthologies et recueil de textes

Le mieux pour commencer est de se tourner vers des ouvrages qui apportent une aide et un soutien lors de l’exercice de traduction du texte en offrant du vocabulaire et des notes grammaticales. Ce type d’ouvrage porte généralement le nom de Chrestomathie.
Bien que plusieurs ouvrages existent, tous ne se valent pas lorsqu’on souhaite perfectionner seul son apprentissage du sanskrit. En effet, certains sont mêmes inutilisables lorsqu’on est apprenant. La chrestomathie de Stchoupak2 en est un exemple puisque, si des versions et des thèmes y sont proposés accompagnés d’un lexique, aucune correction ni traduction ne vient au secours de l’apprenant. Il en est de même pour le manuel de Bergaigne3, qui, s’il a l’avantage d’être disponible en ligne (car très ancien), ne donne pas les traductions de tous ses extraits.
Je vous présente ici trois ouvrages qui me semblent répondre partiellement ou totalement aux besoins d’une personne souhaitant perfectionner son apprentissage de façon autonome:

  • Brocquet, S. (2020). Chrestomathie sanskrite. Textes de la littérature sanskrite expliqués et traduits. 2 vols. Bruxelles: Editions Safran.
  • Renou, L. (1947). Anthologie sanskrite: Textes de l’Inde ancienne traduits du sanskrit. Paris: Payot.
  • Garnier, R. (2008). Textes épiques sanskrits: Extraits annotés du Mahabharata et du Ramayana (édition bilingue). Paris: Ophrys.

Chrestomathie sanskrite. Textes de la littérature sanskrite expliqués et traduits.

En 2020 est paru un ouvrage qui manquait cruellement à ceux qui souhaitent poursuivre seuls la lecture de textes sanskrits : une chrestomathie sanskrite en deux volumes4. Celle-ci est tout à fait remarquable par son organisation thématique, la variété et la richesse des textes proposés. En effet, les deux volumes qui la composent permettent une entrée dans les genres les plus prestigieux et les plus connus de la littérature sanskrite. Elle se distingue par ses qualités pédagogiques, puisque tout est conçu pour que son utilisateur puisse accéder au texte quel que soit son niveau.

Plan de l’ouvrage : préférer la qualité à la quantité

Face à la richesse et la diversité des monuments de la littérature sanskrite, Sylvain Brocquet a fait un choix : préférer principalement des extraits longs permettant de se familiariser avec la langue et la saveur du texte plutôt qu’une succession d’extraits courts pour couvrir tous les types de textes et toutes les grandes oeuvres. D’un point de vue pédagogique, ce choix est plus que pertinent. Il faut en effet traduire et “se frotter” à un texte suffisamment longtemps pour finir par s’accoutumer au style de son auteur et pouvoir être capable de l’apprécier. Bien que le nombre de textes soit limité et que le panorama de la littérature sanskrite proposé reste partiel, les textes choisis permettent à l’utilisateur du manuel de s’initier à une grande variété de genre et de découvrir un large aperçu des principales oeuvres sanskrites.
Le volume 1 traite de l’épopée, des contes et du théâtre, alors que le volume 2 propose des extraits de poésie et de traités. Plus d’une trentaine d’extraits sont proposés issus d’oeuvres variées :

  1. Épopée : extraits issus du Rāmāyaṇā (4 textes) et du Mahābhārata (chant II, adhyāya 33-42), dont un chapitre de la Bhagavadgītā (Sāṅkhyayoga)
  2. Contes du Pañcatantra et du Tantrākhyāyika (5 textes)
  3. Théâtre : la pièce en un acte de Bhāsa, Le fardeau de Karṇa et l’acte V de Śakuntalā au signe de reconnaissance de Kālidāsa
  4. Kāvya ou “poésie savante” ou “poésie de cour” : 9 textes d’auteurs variés (Aśvaghoṣam Kālidāsa, Bhāravi, Bāṇabhaṭṭa, Amaru, Daṇḍin, Māgha, Jayadeva) et un texte épigraphique (l’inscription de Ravikīrti à Aihole)
  5. Traités : cinq oeuvres et 7 extraits (Les lois de Manu, Traité de science politique, Aphorismes sur l’amour, Traité d’art dramatique, Le miroir de la poésie)

Une organisation efficace et complète

Chaque extrait est précédé d’une introduction rassemblant les informations essentielles pour se faire une idée du genre, du contenu de l’extrait, de l’identité de l’auteur ou de son contexte. Chaque texte est donné en devanāgarī, puis en translittération. Suivent des notes explicatives vers par vers ou phrase par phrase qui présentent les principales difficultés. La traduction est à la fois élégante et proche du texte sanskrit, ce qui est très utile à l’apprenant. Ce dernier pourra s’aider des notes de traduction abondantes et adaptées à la difficulté des extraits, il trouvera également tout le vocabulaire utile pour entrer le plus activement possible dans le texte sans perdre son temps dans le dictionnaire. Enfin, quelques références bibliographiques complètent chaque chapitre.
La conception de ces deux volumes reflète la longue expérience de pédagogue de son auteur, dont l’ambition est de “permettre à ses lecteurs de progresser dans la connaissance de la langue, mais aussi de les amener à goûter la littérature sanskrite”5 .

Textes épiques sanskrits: Extraits annotés du Mahābhārata et du Rāmāyaṇa (édition bilingue).


Ce recueil de textes épiques sanskrits de Romain Garnier6 propose 25 textes à traduire pour s’exercer et découvrir principalement le sanskrit épique :

  • un extrait du Ṛgveda
  • treize extraits du Mahābhārata
  • neuf extraits du Rāmāyaṇa
  • trois textes qui se veulent être un prolongement littéraire poétique des épopées et sont extraits de l’Uttararāmacarita, du Raghuvaṃśa et du Lalitāvistara

La présentation des textes repose sur le principe des éditions bilingues : le texte sanskrit en translittération à gauche et sa traduction à droite. Les versions en devanāgarī sont données en annexes. Pour chaque texte, l’auteur donne des repères mythologiques et des notes de traduction très utiles lorsqu’on est en cours d’apprentissage. Un degré de difficulté est attribué à chaque texte, ce qui permet au lecteur de construire son propre programme de traduction en fonction de ses compétences.

Anthologie sanskrite: Textes de l’Inde ancienne traduits du sanskrit.

Cet ouvrage est un recueil de traductions d’une très grande variété de textes sanskrits établies par l’éminent sanskritiste que fut Louis Renou. Les textes sont répartis en 20 chapitres cherchant à donner un aperçu de la littérature sanskrite sous toutes ses formes d’expressions :

  1. Le Veda (p.11-73) : 34 extraits traduits (Ṛgveda, Atharvaveda, Brāhmaṇa, Vedāṅga, Upaniṣad)
  2. L’épopée (p.74-133) : 17 extraits traduits issus du Mahābhārata et du Rāmāyaṇa
  3. Les Purāṇa (p.134-177) : 16 extraits traduits (Mārkaṇḍeyapurāṇa, Viṣṇupurāṇa, Bhāgavatapurāṇa, Liṅgapurāṇa, Brahmavaivartapurāṇa, Matsyapurāṇa, Agnipurāṇa, Viṣṇudharmottarapurāṇa, Bhaviṣyottarapurāṇa, Vāyupurāṇa, Brahmapurāṇa, Padmapurāṇa)
  4. Les Tantra (p.178-187) : Kulārnavatantra, Mahānirvānatantra, Prapañcasāratantra, Kulacūḍāmaṇitantra, Pādukāpañcaka, Ṣaṭcakranirūpaṇa
  5. Le Dharma (p.188-210) : Vāsiṣṭhadharmaśāstra, Baudhāyanadharmasūtra, Manusmṛti, Viṣṇusmṛti, Nāradasmṛti, Yājñavalkyasmṛti
  6. La philosophie (p.211-265) : Tantravārttika, Śānkarabhāṣya, Brahmasūtrabhāṣya de Śankara, Gītābhāṣya de Rāmānuja, Yatīndramatadīpaka, Tattvasaṃkhyāna de Madhva, Saṃkhyakārikā et Tattvakaumudī, Yogasūtra, Yogasārasaṃgraha, Nyāyabhāṣya à Nyāyasūtra, Nyāyamañjarī, Saptapadārthī, Sarvadarśanasaṃgraha
  7. Le yoga pratique (p.266-269) : 5 extraits traduits de la Haṭhayogapradīpikā
  8. La Grammaire (p.270-284) : Aṣṭādhyāyī de Pāṇini, Mahābhāṣya de Patañjali
  9. La lexicographie (p.285-286) : un extrait de l’Amarakośa
  10. La métrique (p.287-289) : Piṅgalachandaḥsūtra, commentaire de Halāyudha
  11. La dramaturgie et la poétique (p.290-315) : Nāṭyaśāstra, Saṃgītadarpaṇa, Abhinayadarpaṇa, Sāhityadarpaṇa, Bhāvaprakāśana, Kāvyamīmāṃsā, Candrāloka, Dhvanyāloka,
  12. La politique et l’économie (p.317-340) : Arthaśāstra, Śukranītisāra, Samarāṅgaṇasūtradhāra, Mānasāra, Suprabhedāgama, Matsyapurāṇa, Vāstuvidyā, Abhilasitārthacintāmaṇi
  13. L’érotique (p.341-346) : Kāmasūtra, Anangaranga de Kalyāṇamalla, Ratirahasya de Kokkoka
  14. L’astronomie (p.347-353) : Sūryasiddhānta, Siddhāntaśiromaṇi
  15. Les mathématiques (p.354-358) : Āryabhaṭīya, Gaṇitasārasaṃgraha, Līlāvatī
  16. L’astrologie (p.359-367) : Bṛhajjātaka et Bṛhatsaṃhitā de Varāhamihira,
  17. L’alchimie (p.368-372) : Rasaratnasamuccaya, Rājanighaṇṭu
  18. L’histoire (p.373-382) : Rājataraṅgiṇī de Kalhaṇa
  19. L’épigraphie (p.383-393) Corpus Inscriptionum Indicarum, Epigraphia Indica
  20. La médecine (p.394-401) Carakasaṃhitā

Cette anthologie n’est certainement pas la plus optimale pour le perfectionnement autonome, puisqu’elle ne contient que des traductions. Cependant, comme vous pouvez le constater, il couvre un large pan de la littérature sanskrite et offre une très grande variété de textes. Comme certains d’entre eux sont disponibles en ligne sur le site du Gretil, il peut être très facile de se procurer le texte sanskrit et se lancer dans l’exercice de traduction accompagné de l’aide précieuse de celle effectuée par un sanskritiste de renom, Louis Renou.
Afin de vous aider à vous lancer dans cet exercice, je vous propose ici quelques liens pour commencer:

  • Mahābhārata, La scène du jeu (p.75-84) : vous trouverez le texte sur cette page
  • Bhāgavatapurāṇa, 10, III.1-14 et 19-31; V.1-18 La naissance de Kṛṣṇa (p.140-143) : ici
  • Yājñavalkyasmṛti,III, 69-109 embryologie et anatomie (p.202-204): ici
  • Yogasūtra, II, 49-52 la protection du souffle (p.237-241) : ici
  • Āryabhaṭīya, II Formules et théorèmes (p.354-357): ici

Ouvrages bilingues sanskrit-français ou comment faire du “petit sanskrit”

Les outils pour l’approfondissement et la poursuite de cet apprentissage sont encore peu nombreux. En effet, pour approfondir sa maîtrise du sanskrit, il faut lire et traduire de nombreux textes de genres variés. Cela peut se faire bien sûr en suivant des cours, mais aussi de manière autonome par la pratique de ce qu’en Lettres Classiques on appelle « le petit grec » ou « le petit latin ». Pour faire du « petit sanskrit », il est nécessaire d’avoir des oeuvres bilingues avec les deux textes en vis-à-vis : le lecteur peut alors à loisir faire l’aller-retour entre le sanskrit et sa traduction et améliorer sa lecture du sanskrit.
L’ouvrage qui se trouve le plus facilement est la très abordable édition bilingue de la Bhagavad-Gītā accompagnée de la traduction d’Émile Sénart, dans la collection « classiques en poche » parue aux éditions les Belles-Lettres en 2004. Cet ouvrage s’avère extrêmement utile pour les sanskritistes de niveau intermédiaire qui souhaitent s’entraîner à la lecture du sanskrit. On regrette de ne pas trouver d’autres classiques en poche dédiés à des oeuvres sanskrites. Cependant, pour ceux qui aiment dénicher des livres anciens, il existe également dans la collection “Émile Sénart” des ouvrages bilingues sanskrit-français. On pourra, par exemple, chercher à se procurer les titres suivants dont la liste n’est pas exhaustive :

  • Senart, Émile et Alfred C. A. Foucher (1934). Bṛhad-āraṇyaka-upaniṣad. Paris: Société d’edition “Les belles lettres”.
  • Lehot, M. (1933). Harṣa Ratnavali. Paris: Belles lettres.
  • Pompignan, R. H. A. (1938). Meghaduta: (Le nuage messager) : poème élégiaque. Paris: Société d’Édition “Les Belles Lettres”.
  • Renou, L. (1940). La Durghatavrtti, traité grammatical en sanskrit du 12e siècle, éd. et tr. par Louis Renou. Paris: Société d’édition “Les Belles Lettres”.
  • Stchoupak, N. (1935). Bhavabhuti: Uttararamacarita (La Dernière Aventure de Rama). Paris: “Les Belles Lettres”.
  • Esnoul, A. M. (1964). Les strophes du Samkhya. Paris: Les Belles Lettres.

 



Citer ce billet
Amandine Wattelier-Bricout (2024, 27 mars). Quels outils pour approfondir sa connaissance du sanskrit ? (1). Le sanskrit en question(s). Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w49h

  1. L’université du Texas propose par exemple une série de leçons de sanskrit védique en ligne à l’adresse suivante: https://lrc.la.utexas.edu/eieol/vedol . Pour une vue synoptique du contenu de ces leçons, voir ici. Je salue l’initiative et le travail que représente la mise en ligne de ces leçons. []
  2. Stchoupak, N. (1977). Chrestomathie Sanskrite. Paris: Librairie d’Amerique et d’Orient. []
  3. Bergaigne, A. (1884). Manuel pour étudier la langue sanscrite. Chrestomathie, lexique, principes de grammaire, par Abel Bergaigne. Paris: F. Vieweg. Cet ouvrage a l’avantage d’être libre de droit et téléchargeable ici : https://archive.org/details/manuelpourtudie00berggoog/page/n10/mode/2up []
  4. Brocquet, S. (2020). Chrestomathie sanskrite. Textes de la littérature sanskrite expliqués et traduits. 2 vols. Bruxelles: Editions Safran. []
  5. Brocquet, S. (2020). Chrestomathie sanskrite. Textes de la littérature sanskrite expliqués et traduits. 2 vols. Bruxelles: Editions Safran, vol.1, p.16. []
  6. Garnier, R. (2008). Textes épiques sanskrits: Extraits annotés du Mahābhārata et du Rāmāyaṇa (édition bilingue). Paris: Ophrys. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.