Photo d'une page d'édition du Skandapurāṇa

Où apprendre le sanskrit?

L’histoire de la langue sanskrite remonte à des millénaires puisque cette langue est attestée depuis 2000 à 1500 avant notre ère par la littérature des Veda. Son enseignement en France existe depuis plusieurs siècles, la première chaire de « Langue et Littérature Sanscrite » au Collège royal de France ayant été fondée par ordonnance de Louis XVIII le 29 novembre 18141. Nombreux ont été et sont les indianistes français reconnus internationalement, encore plus grandes et précieuses sont leurs contributions aux études indiennes. Mais où peut-on apprendre le sanskrit aujourd’hui? Lire la suite ici

État des lieux général : où et à quel niveau?
Quel est le contenu de ces formations?
Réflexions sur la présentation des offres de formations…
Liste des universités et des cours proposés

État des lieux général : où et à quel niveau? 

Ce premier billet sera consacré à l’état des lieux de l’enseignement du sanskrit en France et les pays francophones limitrophes. Me glissant dans la peau d’un potentiel étudiant, j’ai glané sur internet l’ensemble des informations présentées ici. Bien entendu, cet exposé ne prétend pas à l’exhaustivité et d’autres informations pourront compléter ce répertoire. Les universités qui proposent un enseignement du sanskrit, que celui-ci représente une option dans un autre cursus, une formation diplômante (DU) ou encore un cursus complet seront présentées dans l’ordre alphabétique.

Débuter et/ou poursuivre

Pour résumer, l’enseignement du sanskrit ne se limite pas à la métropole parisienne.
Il est possible de débuter l’étude du sanskrit dans six universités hors métropole (Aix-Marseille, Inalco, Lille, Lyon, Strasbourg, Toulouse). 
Cependant, seule, l’université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 offre un cursus complet permettant à des étudiants de s’initier au sanskrit puis de poursuivre les études indiennes au niveau Master et Doctorat2.
L’École Pratique de Hautes Études, quant à elle, ne propose pas d’enseignement initial du sanskrit mais permet à des sanskritistes de poursuivre un master Etudes européennes, méditerranéennes et asiatiques (EEMA) en Études asiatiques.

Chez nos plus proches voisins francophones, en Suisse et en Belgique, il existe également des formations offrant un enseignement initial du sanskrit et une poursuite d’études au niveau Master et Doctorat. L’université de Lausanne dispose d’un bachelor et d’un master HEU (haute école universitaire) en Langues et Civilisations d’Asie du Sud dans lesquels sont donnés des cours de sanskrit répartis sur trois années.
L’université Catholique de Louvain-la-Neuve offre, elle aussi, un cursus complet en études indiennes en proposant un bachelor et un master en langues et littératures anciennes, orientation orientales. 

Quel est le contenu de ces formations?  

Le nombre de ces formations initiales en France et les possibilités de poursuite à Paris3, l’EPHE ou encore à l’université de Lausanne et de Louvain-la-neuve attestent de l’intérêt de l’étude de cette langue et de la vivacité des recherches dans ce domaine.
Cependant, les différentes présentations de l’enseignement du sanskrit faites sur les sites consultés sont très hétérogènes et contiennent peu d’informations sur ce qu’implique l’apprentissage de cette langue. Les descriptifs des cours, quand il y en a, n’adoptent pas de présentation homogène des enseignements dispensés. On y trouve :
– soit une description partielle du contenu,
– soit la définition de quelques objectifs pédagogiques,
– soit une présentation sommaire de la langue,
– soit une planification succincte des séances.
Le volume horaire est à peu près la seule chose commune aux descriptifs. Rares sont les descriptifs qui proposent aux étudiants des ressources et une bibliographie ou qui indiquent les supports pédagogiques utilisés. Un étudiant qui souhaiterait entamer l’étude de cette langue en dehors des universités proposant des cursus complets, ne peut déterminer quels sont les objectifs à atteindre, ni quels avantages lui offrirait l’obtention de tel ou tel DU.
Trois des universités proposant un DU (Aix, Lille, Lyon) font référence au CECR, cadre européen commun de référence en langues, cherchant à affirmer la qualité des formations qu’elles proposent et à rendre visible le niveau de compétences obtenu en fin de formation. Pourtant, le sanskrit n’est pas à proprement parler une langue vivante et cette référence au CERC ne semble pas très adéquate. Sa mention montre combien le référencement des compétences langagières en niveau A1 à C2 est aujourd’hui un outil de communication et de valorisation.

Cependant à la lecture du CECR, force est de constater que celui-ci n’est pas adapté à l’enseignement du sanskrit réellement dispensé, bien que les cours de sanskrit oral3 puissent sans doute s’y référer.  En effet, les objectifs pédagogiques de l’enseignement du sanskrit sont d’offrir aux étudiants la capacité de lire en autonomie des textes sanskrits. Les objectifs de communication d’une langue vivante qui impliquent les trois volets réception/interaction/production ne sont pas ceux d’une formation en langue ancienne, où ils n’existent pas de locuteurs ayant cette langue pour langue maternelle4
Le partenariat évoqué entre Paris 3 et l’Inalco semble être la seule passerelle entre deux établissements supérieurs proposant une initiation au sanskrit. 

Dès lors, se pose la question de la valeur accordée aux différents DU. En effet, ils ne semblent pas reconnus par les établissements permettant une poursuite d’études en études indiennes5, et pour cause, il n’existe dans aucun des établissements cités de référentiel de compétences en langue sanskrite.
Par ailleurs, connaître l’existence de ces différentes formations constitue un certain défi pour l’étudiant potentiel. Aucun site internet ne les référence et elles sont pour la plupart rattachées à des départements divers et variés. La recherche simple « où apprendre le sanskrit » ou « cours de sanskrit » sur internet nous dirige beaucoup plus rapidement sur des cours payants que vers des universités françaises. La page Wikipédia répertorie depuis peu les universités françaises et reste incomplète6 . J’espère que ce billet permettra une meilleure visibilité des formations proposées. 

Réflexions sur la présentation des offres de formations…

La constitution de ce billet m’a permis de constater que l’enseignement du sanskrit est bien présent sur le territoire français mais que sa présentation sur les différents sites des universités gagnerait à :

  • être plus visible et faire davantage de communication numérique pour attirer des étudiants
  • clarifier les diplômes délivrés et les niveaux en sanskrit qu’ils attestent
  • définir les objectifs pédagogiques des formations proposées
  • homogénéiser leurs descriptifs de formations
  • rendre plus visible les partenariats existant entre les différents établissements entre les universités de métropole
  • développer des partenariats avec les universités de provinces

Plusieurs actions peuvent être menées pour améliorer la situation. Les solutions proposées ci-dessous ne sont que des suggestions dont les responsables pédagogiques des différentes formations jugeront la pertinence et l’intérêt selon leur propre évaluation de la situation.

Vers un syllabus….

Modifier les présentations des formations peut rendre ces dernières plus visibles et plus attractives pour les étudiants. Ainsi adopter une grille standardisée permettrait à l’étudiant de trouver toutes les informations nécessaires. Cette grille pourrait comporter les catégories suivantes qui tendent à reprendre les éléments principaux d’un syllabus :

  • titre du cours, code du cours, nombre d’ECTS, volume horaire, date et lieu du cours, nombre de séances, prérequis/préalables, thème abordé/contenu du cours, objectifs pédagogiques7, bibliographie, modalités d’évaluation…
Vers le numérique…

Les sites des universités sont de plus en plus étoffés mais leur arborescence reste parfois obscure ou leurs moteurs de recherche non satisfaisants8.
Contacter les responsables de la communication de chacune des universités pourrait accroître la visibilité et l’attractivité de la discipline. Créer une page d’actualité du département ou de la discipline qui serait régulièrement nourrie des événements en lien avec la discipline rendrait compte de la vivacité des recherches. Annoncer ces mêmes événements sur les réseaux sociaux attirerait un plus vaste public.

Un cadre de référence…

Plusieurs descriptifs de formation tentent de rendre compte du niveau proposé en se référant au Cadre Européen Commun de Référence (CECR) en langues et montrent combien cet outil est aujourd’hui une référence pour évaluer un niveau de compétences en langues. Pourtant cet outil, tel qu’il se présente, ne répond pas aux exigences de l’apprentissage de la langue sanskrite, qui s’apparente plus à celui d’une langue ancienne.

Des initiatives de la sorte existent pour le latin et le grec ancien9 et peuvent être une source d’inspiration pour élaborer un cadre de référence en sanskrit. Le référentiel de compétences proposé par l’université catholique de Louvain-la-neuve pour le domaine des langues orientales donne, lui aussi, une idée des attentes possibles d’une formation en sanskrit10. En voici un extrait:

– Développer une compétence dans la lecture de plusieurs écritures orientales au choix.
– Développer des connaissances dans plusieurs langues orientales au choix, au niveau du lexique, de la morphologie et de la syntaxe.
– Appliquer à des textes orientaux les savoirs lexicaux et grammaticaux acquis, dans le cadre de différentes activités (exercices de traduction, recherches personnelles).
-Situer les productions de la littérature orientale dans leur contexte historique et culturel.
– Translittérer et traduire des textes de difficulté moyenne, en appliquant une analyse grammaticale correcte et en veillant à la qualité de la traduction française.
– Interpréter ces textes en vue d’en expliquer le contexte et d’en dégager les valeurs humaines.
– Le cas échéant, s’ouvrir à l’apprentissage d’une langue orientale moderne.

Un cadre de référence détaillé permettrait aux établissements proposant des formations initiales en sanskrit de :

  • valoriser la qualité de leur formation
  • offrir un diplôme dont le niveau serait reconnu sur l’ensemble du territoire
  • augmenter leur rayonnement national et international par la création même de ce référentiel, pour le moment absent
  • augmenter le nombre d’étudiants par une plus grande attractivité et valeur du diplôme 
  • améliorer les plaquettes et contenus disponibles sur les sites internet des universités
  • développer des partenariats nationaux et internationaux. 

Du point de vue pédagogique, un tel référentiel pourrait :

  • offrir une aide à la planification des enseignements
  • faciliter l’évaluation des compétences et son objectivité 
  • améliorer l’alignement pédagogique par la définition précise des objectifs 
  • clarifier les attendus pour l’étudiant, favoriser son auto-évaluation et sa réussite
  • permettre à l’étudiant de développer des stratégies d’apprentissage
  • permettre la mobilité des étudiants par la prise en compte des formations suivies.

L’élaboration d’un cadre de référence en sanskrit invite à une réflexion plus large sur la didactique de cette discipline, dont l’enseignement trouve de nombreux points communs avec celui des langues vivantes, des langues anciennes et la traductologie.

Liste des universités et des cours proposés

Universités françaises

Université Aix-Marseille

L’université d’Aix-Marseille propose un DU de Langues et Culture adossé au CERC (Cadre européen commun de référence en langues) au sein du département des sciences de l’Antiquité11
Le volume horaire est de trois heures par semaine sur deux semestres. Les cours dispensés permettront d’atteindre le niveau A2 puis B1 du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues). Ces enseignements sont complétés par un stage de plusieurs jours chaque année12

Inalco 

L’Inalco propose un enseignement d’approfondissement et/ou d’ouverture dans le département Asie du Sud Himalaya. Il s’agit d’une initiation d’une heure trente par semaine sur un semestre valant 3 ECTS13
Le programme du cours annonce succinctement que seront étudiés la translittération, les règles d’euphonie, et que la morphologie nominale et pronominale, le système verbal,  la composition nominale et quelques procédés de dérivation seront introduits. Des parcours doubles (L2 et L3) Nepali / Sanskrit ou Hindi / Sanskrit existent dans lesquels les enseignements du sanskrit couvrent 6 ECTS par semestre14. Ces derniers sont dispensés à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. 

Université de Lille

L’université de Lille a proposé durant de nombreuses années un DUFL (Diplôme universitaire de Formation en Langue) réparti sur trois ans à raison de 2h de cours par semaine15. Actuellement les années 2 et 3 restent ouvertes et il faut vivement espérer que cet enseignement diplômant et de qualité hors métropole perdure.

Université Lyon 3 – Jean Moulin

Les enseignements proposés permettent d’atteindre le niveau B2 du CECRL (Cadre européen commun de référence pour les langues). Les formations donnent lieu à un Certificat d’initiation et à deux Diplômes universitaires en langues et cultures indiennes classique. Le niveau d’Initiation comprend un volume horaire de trente heures à raison de 3h/semaine sur un semestre. Le niveau A1/A2 s’étale sur deux semestres pour un volume horaire de 72h soit 3h/semaine, de même que le niveau B1/B2 (deux semestres de 72h soit 3h/semaine)16

Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3

L’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 est la seule université française qui propose un cursus complet en études indiennes de la licence 3 (avec une éventuelle année de prérequis), un master et un doctorat17. Le volume horaire du prérequis est de quatre heures trente par semaine, tandis qu’il passe à neuf heures pour le niveau licence 3.

Université de Strasbourg, faculté des sciences historiques 

L’université de Strasbourg propose un Diplôme Universitaire DU sur deux ans, à raison d’une heure de cours par semaine par semestre. Le niveau 1.1 consiste en l’apprentissage de l’écriture nâgarî et de la grammaire. Le niveau 1.2 est consacré à l’étude de la grammaire et à la lecture de textes Le niveau 2.1 et 2.2 poursuivent l’apprentissage de la grammaire et lecture de textes 18.

Université de Toulouse Jean Jaurès

L’enseignement du sanskrit dans cette université est une option accessible en L1, L2, L3 et master. Je n’avais trouvé ni volume horaire, ni descriptif du cours19. Mais la publication de cet état des liens a permis d’obtenir plus de renseignements: le cours de sanskrit serait dispensé en licence 3 pour un volume horaire de 25h/ semestre((Voir le lien suivant: https://lettres-anciennes.univ-tlse2.fr/accueil-departement-de-langues-litteratures-et-civilisations-anciennes/navigation/formations/ )).

L’École Pratique des Hautes Études 

L’EPHE ne propose pas d’enseignement initial du sanskrit mais est l’une des deux institutions françaises avec l’université Sorbonne Nouvelle-Paris3 à offrir un cursus de Master et de Doctorat20

L’institut Catholique de Paris (ICP) et l’École Française de Yoga (EFY)

Le certificat et DU “Cultures et Spiritualités d’Asie” co-organisé par l’Institut Catholique de Paris et l’École Française de Yoga incluent un cours d’initiation au sanskrit de 2h par semaine sur les deux années de formations21.

Universités francophones limitrophes

Université de Lausanne

L’université de Lausanne propose un bachelor et un master HEU (haute école universitaire) en Langues et Civilisations d’Asie du Sud. Les cours de sanskrit y sont répartis sur trois ans. Le descriptif annonce les jours et heures où ont lieu les cours, informations des plus utiles pour un étudiant22.

Université Catholique de Louvain-la-neuve

L’université Catholique de Louvain-la-Neuve offre, elle aussi, un cursus complet en études indiennes en proposant un bachelor23 et un master24. Il est également possible de poursuivre en doctorat.


  1. Nève, F. (1864). Le sanscrit et les études indiennes. Brugges, Imprimerie de Daveluy, Quai vert.
    []
  2. Le sanskrit peut également pris en option dans cette université par tous les étudiants des universités Paris 1, Paris 4, Paris 5, Paris 7, Paris 10. Il peut également entrer dans la composition des cursus des étudiants de Paris 3 inscrits en Majeure Sciences du langage et des étudiants de Master Etudes européennes, méditerranéennes et asiatiques de l’EPHE, comme langue B pour les étudiants de l’Inalco. Voir page 9 de la Brochure : pour télécharger la brochure, cliquez ici . []
  3. Notons que les initiatives basées sur ces principes, à savoir apprendre une langue ancienne comme une langue vivante, existent de longue date comme le montrent Béatrice Bakhouche et Eugénie Duthoit pour le latin (« Méthodes d’apprentissage du latin à l’Université : entre tradition et innovation », Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur [En ligne], 29-1 | 2013 : pp.3) et qu’elles sont toujours d’actualité. En 2013, est parue une méthode Assimil en sanskrit (Balbir, N. (2013). Le sanskrit. Chennevières-sur-Marne: Assimil). L’introduction de cette méthode (p. VIII-X) éclaire le lecteur sur le statut particulier du sanskrit, une langue ancienne certes, mais aussi une langue qui s’est transmise longtemps oralement et qui « continue de vivre fortement dans la prononciation et l’oral ».  Cependant, l’auteur dans l’explicitation de ses choix pédagogiques (Balbir, N. op.cit., p. IX) se fixe pour objectif de permettre à l’utilisateur de la méthode non pas de parler le sanskrit au quotidien mais d’ « être capable de fréquenter les oeuvres dans leur diversité, de vibrer avec leurs personnages et leurs idéaux. ». Dès lors, même dans cette méthode, le CECR ne semble pas convenir. []
  4. La principale activité visée est donc celle de la version, c’est-à-dire la traduction de textes sanskrits en français. []
  5. Ces passerelles et les reconnaissances de ces diplômes se font sans doute au cas par cas à la demande des étudiants intéressés, mais mon propos est de montrer qu’officialiser ces passerelles permettraient d’accroître la valeur des DU et leur attractivité pour les institutions les proposant. De la même manière, l’officialisation de passerelles offrirait également la possibilité aux institutions possédant des cursus complets d’attirer des étudiants plus nombreux, ceux qui se seraient initiés au sanskrit et souhaiteraient continuer dans ce domaine.  []
  6. La page Wikipédia ne mentionne que les universités de Paris 3, Lyon et l’Inalco au moment de la publication de ce billet. []
  7. Les objectifs pédagogiques peuvent être formuler de la manière suivante : “à la fin du semestre, l’étudiant sera capable de…”. Ces objectifs peuvent être atteints de diverses manières et le contenu du cours ou le thème abordé peut varier d’une année à l’autre laissant ainsi libre cours à la liberté pédagogique de chaque enseignant. []
  8. Je n’ai trouvé les informations que je cherchais sur certains sites que parce ce que je connaissais au préalable le nom de l’enseignant ou le code du cours, ce qui n’est évidemment pas le cas d’un étudiant à la recherche d’une formation. []
  9. Voir : https://www.pedagogie.ac-nantes.fr/lettres/enseignement/evaluer-par-competences-en-lca-avec-des-echelles-descriptives-1019056.kjsp?RH=PEDA ou encore http://pedagogie.ac-limoges.fr/lettres/IMG/pdf/Referentiel_LCA.pdf []
  10. https://uclouvain.be/prog-2018-hori1ba-competences_et_acquis.html []
  11. Voir les liens suivants : http://sciencesantiquite.mms.univ-aix.fr/html/Sanskrit.htm ; https://allsh.univ-amu.fr/sites/allsh.univ-amu.fr/files/sanskrit_2017-2018.pdf; http://sciencesantiquite.mmsh.univ-aix.fr/html/Sanskrit.htm#Org ; https://allsh.univ-amu.fr/DULC-sanskrit []
  12. voir le programme de 2018 :http://www.cpaf.cnrs.fr/IMG/pdf/aja2018_programme.pdf []
  13. Voir le lien suivant : http://www.inalco.fr/langue/sanskrit  []
  14. Voir le lien suivant : http://www.inalco.fr/formations/departements-filieres-sections/asie-sud-himalaya/informations-departement/organisation []
  15. Voir le lien suivant :  https://www.univ-lille3.fr/ufr-llce/formation/pole-lansad/dufl/ []
  16. Voir le lien suivant : http://facdeslangues.univ-lyon3.fr/etudes-d-indologie-569595.kjsp?RH=LAN-PRESense []
  17. Voir le lien suivant : http://www.univ-paris3.fr/licence-llcer-etudes-indiennes-sanskrit–247673.kjsp []
  18. Voir les liens suivants : http://histoire.unistra.fr/uploads/media/flyer_DU.pdf et http://histoire.unistra.fr/departements-et-instituts/departement-dhistoire/institut-dhistoire-des- religions/langues-anciennes/ []
  19. Voir le lien suivant : http://lettres-anciennes.univ-tlse2.fr/accueil-departement-de-langues-litteratures-et- civilisations-anciennes/formations/formations-40311.kjsp?RH=UTM  []
  20. Voir le lien suivant : https://www.ephe.fr/formations/master/master-etudes-europeennes-mediterraneennes-et-asiatiques-eema/etudes-asiatiques []
  21. Voir les liens suivants : https://www.icp.fr/formations/diplomes/diplomes-universitaires/diplome-universitaire-les-religions-du-monde-histoire-et-theologie et https://ecolefrancaisedeyoga.fr/du-cultures-et-spiritualites-dasie/ []
  22. voir le lien suivant : https://www.unil.ch/slas/home/menuinst/formations/enseignements—asie-du-sud.html#sanskrit-et-moyenne-indienne []
  23. Description du cours sanskrit A et B du bachelor : https://uclouvain.be/cours-2018-lglor1671 et https://uclouvain.be/cours-2018-lglor1672 []
  24. Description des cours de sanskrit : https://uclouvain.be/cours-2018-lglor2671 et https://uclouvain.be/cours-2018-lglor2672 []

2 réflexions sur « Où apprendre le sanskrit? »

    1. Amandine Bricout Auteur de l’article

      Bonjour,

      Je vous remercie pour cette précision. Je veillerai à intégrer ces informations à mon descriptif. Heureuse de savoir que le sanskrit continue à être enseigné à Toulouse !
      En vous remerciant encore pour votre contribution!
      Amandine Wattelier-Bricout

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.